Prise en charge
des sarcomes

dna-1811955_1920.jpg

L'activité de prise en charge des sarcomes concerne le diagnostic, le traitement et le suivi des patients atteints de sarcomes au Centre Hospitalier Universitaire et au Centre Oscar Lambret à Lille.

 

Elle concerne également les activités de RCP et de recherche autour de ces types de cancer par les professionnels de ces établissements. 

 Elle concerne : 

  • les sarcomes des tissus mous,

  • les sarcomes des viscères, comme par exemple les GIST (tumeurs stromales gastro intestinales),

  • les sarcomes des os ou ostéosarcomes.

  • d'établir le diagnostic,

  • de déterminer et mettre en place le traitement le mieux adapté,

  • et d'accompagner le patient en lui proposant également les soins de support dont il a besoin.

 Elle permet : 

7.png
8.png

Épidémiologie​

Les sarcomes concernent 2% des nouveaux cas de cancer chaque année, ce qui représente environ 4000 à 5000 patients par an. Ces tumeurs peuvent apparaître à tout âge : 10 à 15% des personnes touchées sont des jeunes ou des enfants. Près de la moitié des patients atteints ont 50 ans et plus. 

4.png

Les sarcomes sont des tumeurs malignes qui peuvent toucher les tissus de l’organisme, les os ou les viscères

 

Le type d’un sarcome dépend du type de cellules dans lesquelles il trouve son origine.

 

Cette tumeur est souvent asymptomatique et indolore au début. Elle se présente généralement comme une boule qui grossit. Elle peut devenir douloureuse si elle comprime des nerfs ou des organes dans son périmètre. Le sarcome peut être confondu avec un lipome, tumeur bénigne composée de graisse dont l'apparition est beaucoup plus fréquente. 

Définition

Facteurs de risques

Les causes de sarcomes ne sont pas connues, dans moins de 2% des cas on retrouve un terrain particulier. 

Toutefois certains facteurs de risques ont été mis en évidence ou sont suspectés : 

  • Plusieurs maladies génétiques rares telles que le rétinoblastome, le syndrome de Werner, la maladie de Recklinghausen, ou le syndrome de Li–Fraumeni augmentent le risque de sarcome,

  • Les antécédents de radiothérapie sont également un facteur de risque de sarcome.

Diagnostic des sarcomes

1.png

En cas de suspicion de sarcome, le médecin prescrira une échographie et un scanner, voire une IRM afin de préciser le diagnostic. Une biopsie sera réalisée par la suite afin de prélever un échantillon de tissu. 

 

Celui-ci sera analysé au cours d’un examen anatomopathologique qui permettra de déterminer le type et sous-type de sarcome et donc, l’orientation thérapeutique. 

 

Enfin, un bilan d’extension pourra être nécessaire afin de préciser l’extension de la tumeur. 

Traitements et spécificités

Le traitement est adapté en fonction de chaque patient, ainsi qu’au type, à la localisation et à l’étendue du sarcome.

 

La tumeur est généralement réséquée par chirurgie. Celle-ci est effectuée par des chirurgiens spécialisés qui seront particulièrement attentifs aux particularités d'une telle opération :

 

  • il faut être vigilant à conserver l'intégrité de la tumeur lors de son ablation, afin de ne pas disséminer les cellules cancéreuses,

  • la marge de tissus sains conservés autour de la zone tumorale doit être scrupuleusement adaptée à chaque cas, en fonction de paramètres tels que type de la tumeur, le ou les organes atteints, etc.,

  • de même, selon la localisation de celle-ci, certaines fonctions organiques devront faire l’objet d’une attention particulière afin d’être préservées au maximum. 

Le geste chirurgical pourra, dans certains cas, concerner plusieurs organes à la fois et / ou faire l’objet d’une reconstruction ultérieure. 

La chirurgie pourra être complétée, avant ou après l’opération, par des traitements complémentaires tels qu’une chimiothérapie, une radiothérapie ou des thérapies ciblées.

 

Celles-ci peuvent être indiquées pour certains types de sarcomes, en fonction de certaines anomalies moléculaires ou selon divers cas : tumeur trop grosse, chirurgie pouvant s'avérer trop mutilante, tumeur inopérable en l’état, risque de métastase élevé, ou lorsque ces traitements seraient mieux adaptés aux éléments cliniques et anatomopathologiques.

Le médecin peut, dans ces cas, envisager une chimiothérapie ou une radiothérapie en première intention. 

3.png

RCP et service rendu au patient

Selon la définition de l'Institut National du Cancer (INCA), une RCP est une "réunion régulière entre professionnels de santé", au cours de laquelle se discutent la situation d'un patient, les traitements possibles en fonction des dernières études scientifiques, l'analyse des bénéfices et les risques encourus, ainsi que l'évaluation de la qualité de vie qui va en résulter. 

Pour en savoir plus sur les RCP : cliquez ici

Les équipes lilloises coordonnent la RCP sarcomes locale et la RCP de recours Lille/Caen/Rouen et Amiens. Elles contribuent également à la RCP nationale sur le versant orthopédique.

L'organisation de la prise en charge des sarcomes par les équipes lilloises est labellisée à la fois au niveau national (INCa) et au niveau européen (EURACAN).

Les services rendus aux patients portent notamment sur :

- l'amélioration du diagnostic anapathologique,

- l'amélioration de l'accès à la biologie moléculaire,

- une articulation étroite avec l'équipe Adolescents Jeunes Adultes,

- l'accès à des traitements innovants (nouvelles molécules, nouvelles techniques d'irradiation, association immunothérapie et radiothérapie stéréotaxique, émergence de la médecine personnalisée basée sur le screening moléculaire.).

Enfin, la prise en charge est coordonnée et intègre la rééducation fonctionnelle ainsi que des consultations d'OncoGénétique (Réseau Proche) pour les cas associés à la maladie de Recklinghausen et au syndrome de Gardner. 

La prise en charge des sarcomes et la recherche

L'activité de recherche clinique est importante sur les sites. Elle a concerné 214 inclusions dans des essais thérapeutiques en 2019 et 136 inclusions en 2020.

De même, la recherche translationnelle se développe fortement et l'activité de publication est importante (39 articles indexés dans Medline).

5_edited.jpg

Nous travaillons en lien avec :

 

  • Les équipes CANTHER sur le lien entre les phénomènes de vieillissement cellulaire (sénescence) et l'apparition de sarcomes.

 

  • Les équipes PRISM sur des nouvelles méthodes spectrométriques in vivo pour établir un diagnostic plus rapide et plus précis des sarcomes.
     

  • Les registres des cancers (FRANCIM) et le Health Data Hub sur l'épidémiologie des sarcomes.